Services
 

Gemeinsam Rees a Bayern (2)

Freides, den 10. August 2018: Dachau

Déi nächst annerhallef Deeg stounge ganz am Zeeche vun der Erënnerung un den zweete Weltkrich, eng Zäit, wou München an Ëmgéigend eng grouss Roll gespillt hunn.

Fir d’éischt hu mer zesummen dem Volker Schlöndorff säi Film Der neunte Tag gekuckt. Dëst Wierk baséiert op dem lëtzebuergesche Geeschtleche Jean Bernard sengem autobiographesche Buch Pfarrerblock 25487, wou hien d’Erënnerungen un seng Zäit als Prisonéier am Konzentratiounslager Dachau opgeschriwwen huet.

Freides moies hu mer d’Mass am Karmel beim KZ Dachau gefeiert. Duerno war eng impressionnant Féierung duerch de KZ, wou ënnert de Prisonéier 253 Lëtzebuerger waren, dovu 17 Geeschtlech.

Fir verschiddener vun eis war et déi éischt Visitt vun engem KZ. Fir eis all war et eng Visitt, déi eis markéiert huet.

Am spéidere Nomëtteg huet en Deel vum Grupp nach dee grandiose Park vum Schloss Nymphenburg besicht.

Yves

Samschdes, den 11. August 2018: München

Romano Guardini n’est certes plus guère connu du public chrétien. Pourtant le pape François le cite dans sa lettre encyclique Laudato si’ (n° 203) : il y renvoie à son analyse de l’évolution de la société européenne, de plus en plus orientée vers le consumérisme. Notons aussi que l’abbé luxembourgeois Jean Greisch, professeur honoraire à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris, a publié aux éditions du Cerf en 2010 une traduction française de l’essai de Guardini, La polarité.

Romano Guardini est surtout connu comme un prêtre théologien immensément cultivé qui a remis en valeur, il y a près d’un siècle, la grâce qu’offre la liturgie : une expérience communautaire où l’Esprit Saint donne à percevoir dans la Parole de Dieu et la beauté des symboles la grandeur du mystère révélé à l’humanité et confié aux croyants en la personne de Jésus Christ. C’est principalement au Burg Rothenfels am Main que Guardini et quelques amis inspirés ont fait découvrir aux jeunes traumatisés par la défaite allemande de 1918 combien la liturgie parle de la vie et la nourrit d’une grâce rédemptrice qui ne trahit pas.

Il se trouve que cette année est célébré le 50e anniversaire du décès de Romano Guardini (Vérone, 1885 – Munich, 1968). Notre séjour dans la capitale de la Bavière nous a permis de découvrir St Ludwig, l’église paroissiale de l’Université où se sont déployées la pensée et la spiritualité guardinienne au cours d’homélies données de 1948 à 1963. Nous avons célébré l’eucharistie, présidée par Monseigneur l’Archevêque, dans la chapelle latérale où Guardini a été inhumé. Nous avons reçu à cette occasion un dépliant signalant les principaux moments de la vie de ce « serviteur de Dieu » et proposant une prière pleine de respect pour un maître de la parole spirituelle. N’avait-il pas demandé qu’on inscrive sur sa tombe, sous son nom : « Dans la foi en Jésus Christ et à son Église, dans l’attente confiante d’un jugement miséricordieux. » ?

Après le déjeuner, après-midi libre. Quelques-uns sont allés à l’ancienne ou à la nouvelle pinacothèque pour y contempler des chefs d’œuvre de la peinture, notamment flamande.

P. Daniel Sonveaux SJ
 
Service Kommunikatioun a Press - Äerzbistum Lëtzebuerg - Dateschutz - Impressum - © Verschidde Rechter reservéiert