Congrégations
 

Reech eng Hand – Tends la main : Osons réagir en chrétiens !

Lettre pastorale de l’Archevêque sur l’accueil des réfugiés


Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

Depuis des mois, des hommes, des femmes et des enfants sont dans une situation dramatique, fuyant la guerre et la misère, tentant au péril de leur vie de traverser la mer pour demander une protection en Europe. Des milliers de personnes – qui n’avaient pour seul bagage que l’espérance de trouver une terre qui leur permette de vivre en paix – ont perdu la vie dans cette ultime traversée.

L’Europe essaie d’apporter une aide à tous ceux qui doivent fuir leur pays, selon ses engagements internationaux, pour garantir les droits fondamentaux de protection de chaque personne humaine. En tant que croyants, cet élan de solidarité prend racine dans le mystère de notre foi. Pour nous chrétiens, la manière de Jésus de rencontrer les personnes à la frontière est l’exemple à suivre. « Amen, je vous le dis, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25, 40)

Le Pape François nous dit : « Jésus est “l’évangélisateur par excellence et l’Évangile en personne” (Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 209). Sa sollicitude, particulièrement envers les plus vulnérables et marginalisés, nous invite tous à prendre soin des personnes plus fragiles et à reconnaître son visage souffrant, surtout dans les victimes des nouvelles formes de pauvreté et d’esclavage. Le Seigneur dit : “J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, nu et vous m’avez vêtu, malade et vous m’avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir” (Mt 25, 35-36). La mission de l’Église, pèlerine sur la terre et mère de tous, est donc d’aimer Jésus Christ, de l’adorer et de l’aimer, particulièrement dans les plus pauvres et abandonnés ; au nombre de ceux-ci figurent certainement les migrants et les réfugiés, qui cherchent à tourner le dos aux dures conditions de vie et aux dangers de toute sorte. » [1]

Chaque chrétien a entendu cet appel et je vous propose qu’ensemble nous nous mettions en route, en tant qu’Église à Luxembourg, pour apporter notre aide dans ces situations dramatiques. C’est pour cette raison que j’ai voulu initier au sein de notre Église le projet « Reech eng Hand – Reech Deng Hand ». Tendons la main à ceux qui sont les naufragés d’aujourd’hui. Ce projet se penchera sur la question de l’accueil des personnes réfugiées et des demandeurs de protection internationale au Luxembourg. Je vous invite en tant que communauté chrétienne, en tant que congrégation religieuse, à prier et à réfléchir sur vos possibilités d’engagement et je fais mien l’appel du Pape François qui demande que chaque paroisse accueille une famille.

Pour faire avancer ce projet, j’aimerais que chaque communauté pastorale crée une équipe de bénévoles et désigne une personne de contact pour assurer le lien avec le groupe de travail diocésain.

Ce groupe de travail a été constitué afin de développer et de coordonner le projet. Il appuiera les paroisses et institutions dans l’élaboration de leurs projets locaux relatifs à ce thème.

Concrètement, que pouvons-nous faire ?

Plusieurs dimensions seront développées :

  • La dimension de l’accueil, qui concerne surtout l’accueil et l’accompagnement des réfugiés qui vivent dans la communauté pastorale afin de faciliter leur intégration dans la vie quotidienne, en offrant du temps, de l’amitié…
  • Le domaine du logement : j’invite les communautés et les particuliers qui disposent d’hébergements libres de les louer pour un temps déterminé comme structure d’accueil. Je m’adresse aux Fabriques d’Église disposant de terrains : Réfléchissez sur la possibilité de les louer pour un temps à définir, afin que des modules de logements puissent y être installés. J’invite les personnes disposant de logements vides à les proposer en location avec garanties.
  • Tout ceci ne pourra se faire que par une coopération renforcée avec les autorités civiles.
  • Une dimension politique, qui consiste en un travail de proposition et de dialogue avec les autorités pour améliorer la situation de protection des civils, tant dans les pays d’origine que dans leur situation de fuite.

Ensemble et en solidarité avec l’Église universelle, nous pouvons mettre en place un programme ambitieux qui permettra d’aider un nombre conséquent de personnes. Je vous demande donc d’accueillir cette initiative et de vous joindre, comme paroisse, comme communauté religieuse ou autre, à notre démarche afin d’offrir un accueil digne et humain à ceux qui demandent notre protection.

Parmi les milliers de réfugiés qui viennent en Europe il y a beaucoup de chrétiens qui ont dû fuir parce que leur foi en Jésus Christ est la cause de leur persécution. Ils attendent de trouver en nous une aide fraternelle que nous ne saurions leur refuser.

Souvent j’entends la crainte que l’Europe chrétienne se perde en acceptant des réfugiés qui professent une autre religion que la nôtre. Je comprends cette crainte, or l’Europe chrétienne perdra vraiment quand nous clôturerons nos frontières et quand nous ne vivrons plus les valeurs de l’Évangile.

Je fais appel aux hommes et femmes, responsables en politique, de tout faire pour la paix, de faire une politique vigoureuse de paix basée sur la justice.

Je fais appel aux responsables de l’Union Européenne d’employer la même vigueur pour résoudre les problèmes humanitaires qu’ils ont employée pour les problèmes financiers.

Un grand merci, à vous tous, de nous engager ensemble avec toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté à la résolution de cette crise humanitaire. Je désire remercier plus spécialement les personnes et les communautés pastorales et religieuses qui sont déjà engagées auprès des personnes réfugiées.

Ne tombons pas dans le piège d’aider seulement avec de l’argent, donnons de notre temps, de notre énergie…

Osons réagir en chrétiens !

Lettre pastorale de l’Archevêque sur l’accueil des réfugiés

Luxembourg, le 16 septembre 2015

+ Jean-Claude Hollerich
Archevêque de Luxembourg


[1Message du Pape François : « L’Église sans frontières, mère de tous » – 101e Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié, 18 janvier 2015.

 
Service Kommunikatioun a Press - Äerzbistum Lëtzebuerg - Dateschutz - Impressum - © Verschidde Rechter reservéiert