Mouvements
 
de fr

DJIBOUTI - Détention abusive d’un opposant politique

Appel du mois - Juin 2017

Mohamed Ahmed, dit « Jabha », opposant djiboutien, est détenu depuis 7 ans sans avoir été jugé. En octobre 2016, la justice djiboutienne a ordonné sa remise en liberté. Cependant, il demeure emprisonné dans un état de santé fort préoccupant.

Mohamed Ahmed a été arrêté par l’armée le 1er mai 2010 dans le district de Tadjourah, situé dans le nord du pays. Membre du Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie (FRUD), « Jabha » est accusé par le régime de « coopération avec un État ennemi » (l’Erythrée). Le FRUD est un mouvement politique armé, créé en 1991, qui lutte contre le pouvoir en place. Au cours de ses 7 années de privation de liberté, Mohamed Ahmed a été victime de diverses tortures et mauvais traitements : bastonnades répétées, simulacres d’exécution, menaces de mort, privations de nourriture… Il est aujourd’hui détenu à la prison centrale de Djibouti, l’une des pires du pays. Il a longtemps été privé de tout contact avec son avocat, ses proches et les autres détenus.

En prison malgré une obligation de remise en liberté

Le 6 octobre 2016, la chambre d’accusation a annulé l’ensemble de la procédure judiciaire visant Mohamed Ahmed et a ordonné sa remise en liberté. Il faut dire que la justice de Djibouti n’a quasiment rien fait en 7 ans sur cette affaire, hormis d’oublier ce détenu gênant, dont le dossier d’accusation semble être vide… Cependant, malgré une obligation de remise en liberté, Mohamed Ahmed est resté emprisonné. La raison est simple : le régime veut le garder à tout prix en prison. « Jabha » est en effet devenu, au fil du temps, un symbole de résistance à un régime autocratique et despotique. Sa remise en liberté serait perçue comme une défaite, un affront au président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh, qui dirige d’une main de fer ce minuscule pays de la Corne de l’Afrique, depuis 1999. Le procureur général a donc fait appel de la décision de la chambre d’accusation.

Inquiétudes autour de son état de santé

Le 9 mars 2017, Mohamed Ahmed aurait dû être auditionné par le juge de la Cour d’appel. L’audience n’a toutefois pas eu lieu, Mohamed Ahmed étant trop faible pour s’exprimer. Selon l’avocat de Mohamed Ahmed, Maître Zakaria Abdillahi, qui revoyait son client pour la première fois depuis des mois, l’état de santé de « Jabha » est très préoccupant et sa vie pourrait être menacée. Le procureur général a demandé une expertise médicale.

Ensemble, exigeons sa libération !

Lettre - Juin 2017 - Djibouti
Lettre prête à l’envoi, après ajout de vos nom, adresse et signature.
Merci pour lui !

La lettre est adressée à Ismaïl Omar Guelleh Président de la République

N’oubliez pas :
vos nom et prénom, votre adresse, la date, votre signature

Timbrez à 1,30 € (tarif Luxembourg)

Écrivez avant le 30 Juin 2017


Source  : ACAT-France

 
© Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg
verschidde Rechter reservéiert . certains droits réservés
4 rue Genistre, L-1623 Lëtzebuerg
Postkëscht 419, L-2014 Lëtzebuerg
+352 46 20 23
archeveche cathol.lu