Aktuell Priedegt

5. Sonndeg vun der Ouschterzäit

Mir hu geschter offiziell eis Muttergottes, Maria, Trösterin der Betrübten , Patronin des Luxemburger Landes gefeiert, eis Treischterin am Leed.

Op deem Dag, dem 9. Mee, wou mir als Lezebuerger fräi haten, fir Europa ze feieren! Een Europa ouni Grenzen, wou d’Grenzen weinst der Koronapandemie zou sinn!
Mir liewen an enger Zäit wou all Land fir d’eischt mol pobeiert selwer eens ze ginn amplaz ze probeieren zesummen eens ze ginn!

Mir konnte gëschter net feieren, mir kënne schon 2 Meint net mei feieren.
Vläicht geet et lech och esou datt äere Gebuertsdag oder soss ee Fest an d’Koronakris gefall ass! Also ausgefall ass!

Awer, ee Gleck, ass Ouschteren an eis Oktav net ofgesot ginn!

An och eise Glawen an eist Vertrauen an d’Leift, dat heescht a Gott selwer, kennen einfach net ausfalen! Mir brauchen dese Glawen haut nach mei wei soss.

Awer wat seet äis haut eise chreschtleche Glawen?

Am Evangelium vun desem Sonndeg, sot Jesus zu senge Jünger: Gleeft un den Härgott a gleeft u mech!
A just vidrun huet hie senge Jünger d’Féiss gewäsch an déi leschte Kéier mat hinnen d‘Pessach-Fest gefeiert.
An dës Feier gëtt an all Mass (Eucharistiefeier) widderholl. Dëst ass net nëmmen viru méi wéi 2000 Joer geschitt! Elo, an dëser Mass, ass Jesus am Wuert an am Brout an eiser Mëtt a stärkt äis, verwandelt äis, wa mir dat zouloossen!

Mä ir mir Mass feieren, musse mir äis vu Jesus d’Feiss wäsche loossen. Dat heescht äis vu senger Léift beréiere loossen! Fir dat mir dann och een deem aneren d’Féiss wäschen. Dat bedeit, déi Léift déi an äis ass an déi Léift déi mir vu Jesus geschenkt kruten gratuitement weiderginn!

Wa Jesus den Operstanenen esou an eiser Mëtt ass, dann héiere mir seng Wierder déi äis een Doheem schenken, den Himmel op dëser Welt!

Jesus seet äis haut: Äert Häerz soll net onroueg sinn! Vertraut dat ech do sinn, an all deem wat Dir elo liewt! Dir sidd nët alleng, ech begleeden Iech.

Jesus ass awer och deen, deen äis fräi mécht duerch d‘Wourecht déi hie seet. Hie seet zu de Jünger: ech stierwen, ech ginn duerch den Dout an d’Liewen. An ech gi mat Iech ëmmer erëm duerch den Dout an d’Liewen!

A Jesus ass deen eenzegen deen äis eng Hoffnung schenkt déi iwwert dëst Liewen erausgeet! Esou ass Zil vun all Mënsch net den Dout, mä d‘Liewen a Gott! Hei geet et ëm een Doheem wou mir nët méi mussen opbriechen. Et geet ëm déi Platz wou mir ganz akzeptéiert ginn, mat all dem Positiven an Negativen wat äis ausmécht! An dat grousst Geheimnis vun eisem Glawen ass, dat mir an dësem Doheem elo scho kënne liewen. Well deen, deen eist Doheem ass, liewt an eiser Séil! Déi Helleg Theresa vun Avila seet ganz kloer dat Gott an der Séil vun all Mënsch doheem ass! An d‘Chiara Lubich seet äis, dat Gott net nëmmen an eiser Séil wunnt, mä och an eiser Mëtt ass. Well Jesus, den Operstanenen, seet äis haut: Do wou der zwee oder dräi a mengem Numm zesumme sinn do sinn ech an hirer Mëtt! A fir dat hien an eiser Mëtt ass, solle mir een deen anere gär hunn, esou wéi Jesus äis gären huet. An dës Léift ass jo d‘Erkennungszeeche vu senge Jüngerinnen a Jünger!

Esou kënne mir nach eemol widderhuelen:
Jesus, den Operstanenen, geet ëmmer mat äis.
Hie mécht äis fräi duerch d’Wourecht, dat hien äis aus dem Dout an d‘Liewen féiert.
Doduerch dat mir an der Léift, a Gott sinn, si mir an eisem Doheem ukomm.

An da versti mir och, dat deen, deen dem Jesus begéint, dem Härgott selwer begéint!

Dofir loosse mir Jesus, den Operstanenen, an eis Mëtt, fir datt jiddfer Mënsch deem mir begéinen och säin Zil, säin Doheem fanne kann! Amen.

Toi, qui emmènes Judas à la maison, emmène-moi aussi!

Dieu est l’amour pur! Un Dieu faible, qui ne peut qu’aimer, ne cadre pas dans notre style de vie égoïste. Mais Dieu est si différent!
Son amour n’a rien à voir avec la lutte du pouvoir dans notre monde. Tout pouvoir temporel est éphémère; l’amour de Dieu par contre est le plus fort, même plus fort que la mort.

Pâques signifie que l’amour de Dieu a vaincu la mort. La mort est la porte vers la véritable vie éternelle. La vie en abondance, dans laquelle aimer et être aimé trouvent toute leur valeur.

Pâques nous montre que Dieu tourne tout pour le bien. L’amour est toujours le plus fort! L’ange dit aux femmes: n’ayez pas peur. Jésus est ressuscité des morts, il vous précède.
A ses disciples, le Ressuscité souhaite la paix et la descente de l’Esprit Saint. Jésus a changé notre histoire en une histoire de salut!

Ouvrons-Lui notre coeur, regardons le crucifié. Considérons son amour, son abandon, Lui qui a donné sa vie pour nous. Laissons-nous nous émouvoir par l’Evangile de Pâques. Jésus est le seul à changer notre coeur froid en coeur ardent! Ainsi, nous comprenons que nous ne sommes pas seuls dans ces temps difficiles. Le Ressuscité nous soutient et nous accompagne.

Une icône sur pierre m’accompagne ces jours-ci: Jésus le Ressuscité emmène un homme du royaume de la mort à la vie. Cet homme représente chacun et chacune d’entre nous! Toi, moi, chaque être humain sur notre planète. Pâques signifie que nous aussi, nous sommes soutenus et délivrés par le Ressuscité. Ici et maintenant et à notre mort.
Jésus est avec nous dans cette époque de pandémie du virus corona. Il nous aide à trouver un nouveau chemin. Le chemin de l’obligeance, du partage, de la serviabilité et du pardon, sans oublier le chemin écologique, sur lequel nous renonçons à beaucoup pour que les générations futures puissent considérer la création comme un cadeau.

Dans l’église Sainte-Madeleine de Vézelay, un chapiteau particulier se fait remarquer: Jésus, le bon berger, porte Judas sur son épaule et l’emmène du royaume de la mort à la maison de Dieu le père. Même si Judas est le disciple emprisonné – selon la tradition – au royaume de la mort, le chapiteau à Vézelay raconte une toute autre histoire. Il y est question d’une vue théologique presque millénaire inspiré par Petrus Venerabilis. La pensée et l’action de Dieu sont distinctes de la pensée et l’action humaines.

En pensant à certains gens, nous préférons probablement prescrire à Dieu qui pourrait entrer dans sa maison et qui devrait rester dehors.
Cependant, dans l’Evangile Jésus nous montre comment Dieu agit et comment Il nous aime.

Dans la parabole de l’enfant prodigue, le père miséricordieux attend son fils tous les jours. Quand celui-ci revient finalement, le père va à sa rencontre et l’accueille en débordant d’amour.

Dans la parabole de la brebis perdue, le bon berger part à sa recherche, sachant que la brebis ne sait revenir seul. Cette parabole vise les nombreuses gens qui ne retrouvent plus le chemin de retour.

Dans la parabole du drachme égaré, Jésus présente Dieu comme une femme – probablement parce qu’une mère cherchera plus longtemps qu’un homme. Une femme n’abandonne jamais la recherche, une mère cherche son enfant pour l’éternité. Le drachme est l’image de quelque chose de non-vivant comparable à une homme comme Judas emprisonné au royaume de la mort.

Voilà le secret du coeur de Dieu, le Dieu rempli d’amour. Pour Lui rien n’est jamais perdu, tout se retrouve. Il cherche jusqu’à ce qu’il trouve. (Christoph Wrembek SJ – Judas der Freund (l’ami Judas) p.99)

Le chapiteau de Vézelay a le même motif que mon icône sur pierre. Au lieu du bon berger, il y a le Ressuscité. C’est lui qui emmène Judas, emprisonné au royaume de la mort, à la maison. Jésus a toujours considéré Judas comme son ami, car il est venu dans le monde pour nous guérir et nous délivrer!

Regardant mon icône, Pâques signifie pour moi: si je suis emprisonné au royaume de la mort, Jésus m’accompagne à la maison. Cela ne veut pas dire que nous puissions faire dans notre vie tout ce que nous voulons, parce que Dieu nous sauverait malgré tout.
Au fond de chacun(e) de nous, il se cache un petit Judas. Cela fait très mal que de trahir Jésus, que de trahir l’amour.

Ainsi, nous pêcheurs, nous pourrons dire aujourd’hui au Ressuscité: Toi, qui emmènes Judas à la maison, emmène-moi aussi. Aide-moi à vivre de telle façon que Tu vives en moi et que Ton amour nous change, nous tous!

Nico Schartz, curé

 
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement