fr pt de

Belvaux FR

Dimanche à 9:00 Rosaire, 9.30 Messe, Mardi à 18h Rosaire et 18.30 Messe

  • Construite d’avril à octobre 1877 par l’architecte Pierre KEMP, à l’emplacement d’une église plus ancienne ; consacrée le 29 octobre 1877 sous le curé Johann Adam THILL ; achevée définitivement en 1930 par la bénédiction de l’orgue. Du cimetière entourant l’église, transféré hors du village à la même époque, seule une croix tombale de 1763 est conservée à l’intérieur de l’église.
  • L’intérieur est rénové en profondeur de 1973 à 1976 sous le curé Félix SCHULLER, activement soutenu par son vicaire et successeur, l’abbé Albert BACKES. Le nouvel autel est consacré le 28 mars 1976, et le nouvel orgue est béni le 30 janvier 1977 par Mgr Jean HENGEN, évêque de Luxembourg.
  • Vu de l’extérieur, on s’attendrait plutôt à une église à disposition traditionnelle : rangées successives tournées vers l’autel situé dans le chœur ; l’orgue et la chorale placés sur une tribune... À Belvaux, l’architecte André HAAGEN a radicalement transformé l’agencement de l’intérieur en se conformant aux réformes liturgiques du Concile Vatican II : les chaises libres sont disposées en hémicycle autour de l’autel, légèrement surélevé et tourné de 90° le long du mur Nord de la nef, ce qui permet aux fidèles, plus proches du prêtre, une participation plus active aux offices. La tribune est démontée ; l’orgue et la chorale sont placés dans le chœur.
  • L’aspect dépouillé de l’intérieur est atténué par des éléments artistiques et architecturaux novateurs : l’ambon, l’autel, la colonne sacramentelle en fonte, richement décorés, ainsi que les stations de croix en émail, réalisées par l’artiste originaire de Cologne, Egino WEINERT († 2012). Il a conçu également le portail massif en fonte, parsemé de reliefs religieux (saints patrons Pierre et Paul ; St Hubert, Ste Barbe, saints secondaires...). Les vitraux lumineux non figuratifs ont été créés par l’architecte. D’anciennes statues et des éléments de l’ancienne chaire sont discrètement disposés sur les côtés latéraux de la nef. Par l’excellente acoustique, due au plafond voûté en bois, l’église se prête parfaitement à l’organisation de concerts.
  • Cette rénovation radicale de l’intérieur de l’église paroissiale de Belvaux est unique au Grand-Duché
  •  

    La localité de Belvaux

Il n’est pas établi vers quelle année l’agglomération de « Beluass » a été fondée. Une première trace de Belvaux peut néanmoins être trouvée au XIVe siècle. En 1373, le duc Venceslas octroyait une charte d’affranchissement au village.

Pendant des siècles, les puissants seigneurs du château de Soleuvre déterminaient, pour la majeure partie, le sort du village de Belvaux. En 1570, le village comptait quelque 70 habitants, pour la plupart des agriculteurs et quelques artisans.

Belvaux ne cessait de croître : en 1755, le village comptait 240 habitants et la localité s’étendait principalement sur la hauteur, dans les quartiers de la Rue Grand-Duchesse Charlotte d’aujourd’hui.

Avec l’installation de l’industrie métallurgique dans le sud du pays, et notamment l’usine d’Esch/Alzette vers 1900, Belvaux commençait à se développer avec une rapidité que personne n’avait osé prévoir.
Belvaux – Grand’rue 1939

En 1909, débutait la construction de l’usine « Belval » qui fonctionne depuis 1911. Le développement de Belvaux se poursuivait. Aujourd’hui, la localité compte environ 7.300 habitants et profite de la réaffectation des friches du « Belval » où se développe un quartier moderne, qui se trouve en grande partie sur le territoire de Belvaux.


Rédaction : Paul Lafontaine 2012

texte du lien


PDF 1.1 Mo, 20 août 2019
 
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement