Services
 

« Rester fidèle au Seigneur et aux missions qui me sont confiées »

Daniel Berchem interviewé par cathol.lu

15 juin 2016


Daniel Berchem va devenir prêtre le 25 juin 2016. Ce jeune homme de 26 ans va être ordonné par l’Archevêque du Luxembourg à la Cathédrale Notre-Dame. Le jeune diacre a répondu par écrit à quelques questions de Cathol.lu.

Cathol.lu – Quand avez-vous ressenti cet appel à devenir prêtre ? Est-ce que vous avez eu le soutien de votre famille ou y a-t-il eu des résistances ? Avez-vous eu une éducation chrétienne, ou est-ce plutôt une conversion tardive ?

Daniel Berchem – Je viens d’une famille pratiquante qui a toujours soutenu ma vocation. J’avais l’habitude d’aller à la messe le dimanche et de me confesser régulièrement. À l’âge de 12 ans, j’ai eu un accident : une jambe cassée. Comme je m’ennuyais, j’ai lu un recueil de vies de saints et certaines biographies me fascinaient beaucoup. A partir de ce moment, j’ai acquis la conviction que cela vaut absolument la peine de s’engager pour l’annonce de l’Évangile. J’ai ressenti cet appel à devenir prêtre à l’âge de 13/14 ans.

Cathol.lu – À quel âge êtes-vous entré au Séminaire ?

Daniel Berchem – Je suis entré au séminaire à l’âge de 19 ans après avoir obtenu mon diplôme de fin d’études secondaires, en section mathématiques et informatique, au Lycée de Garçons de Luxembourg. Étant donné que mes notes dans les branches scientifiques étaient bonnes, j’envisageais également de faire des études de médecine. Cependant, mon désir de devenir prêtre était plus fort que tout. C’est pourquoi j’ai décidé de répondre tout de suite à l’appel de Dieu en entrant au séminaire sans faire préalablement d’autres études.

Cathol.lu – Vous avez fait des études à Paris, en Allemagne et aussi à Rome. Les Églises de ces trois pays sont différentes par rapport au Luxembourg (organisation, habitudes, etc.) ? Qu’est-ce que vous avez appris de ces autres pays ? Est-ce que cela va vous aider pour devenir prêtre dans un pays comme le Luxembourg, où vivent beaucoup d’étrangers ?

Daniel Berchem – À Paris et surtout à Rome, j’ai pu approfondir ma foi en voyant que l’Église n’est pas uniquement un phénomène occidental. Des séminaristes et des prêtres qui venaient de pays où les chrétiens sont persécutés m’ont beaucoup encouragé à rester fidèle au Seigneur et à relativiser ma conception eurocentriste de l’Église. À Rome affluent les catholiques du monde entier, c’est une expérience très enrichissante d’y faire ses études et je remercie l’Archevêque de m’en avoir donné la possibilité.

Cathol.lu – Après votre ordination, quelles seront vos priorités ?

Daniel Berchem – Ma priorité consiste à rester fidèle au Seigneur et aux missions qui me sont confiées par l’Archevêque. C’est l’Archevêque qui décidera où je serai affecté en tenant compte des mes limites et de mes talents. Après l’ordination, je serai vicaire à Diekirch. Je devrai m’habituer à la société luxembourgeoise qui est complexe en raison de la pluralité des langues et des cultures, notamment dans le domaine pastoral.

Cathol.lu – Que pensez-vous de…

– Le célibat pour les prêtres ?

DB – Pour vivre le célibat, il faut être humble, reconnaître ses propres limites et se fier entièrement à Dieu. Le célibat est une grâce. Sans une bonne hygiène de vie, une certaine discipline et une vie de prière assidue, il est impossible de vivre le célibat. Un bon accompagnement spirituel et la pratique de se confesser régulièrement sont les clés d’une vie célibataire réussie.

– Le Pape François ?

DB – Il est souvent mal compris parce que les journalistes ont l’habitude de citer ses déclarations en faisant abstraction du contexte dans lequel elles ont été faites. Pour bien comprendre la position du pape sur un sujet donné, par exemple la crise des réfugiés, il faut connaître l’ensemble de ses déclarations dans ce domaine.

– « Amoris Laetitia » ?

DB – Encore une fois le Pape met le doigt sur la plaie. L’Exhortation apostolique « Amoris Laetitia » exige une meilleure préparation au mariage, qui est d’autant plus nécessaire que beaucoup de gens ne connaissent plus la signification de ce sacrement.

 
Service Kommunikatioun a Press
Äerzbistum Lëtzebuerg

© Verschidde Rechter reservéiert
Dateschutz
5 avenue Marie-Thérèse
Gebei H, 1. Stack
L-2132 Lëtzebuerg
+352 44 74 34 01
com cathol.lu