de fr

1801-1808 : La réorganisation de la situation de l’Église au Luxembourg

150 ans de diocèse de Luxembourg – les grandes étapes (1)

Le règne de Napoléon a entraîné de nombreux bouleversements, également au sein de l’Église. En 1801, le territoire de l’actuel Grand-Duché conquis par la France a été entièrement intégré au diocèse de Metz par un concordat – un traité d’État avec le pape. Il était auparavant divisé entre les diocèses de Liège et de Trèves. En outre, l’organisation séculaire des paroisses a été radicalement modifiée. Alors que les grandes paroisses constituaient la règle depuis le Moyen Âge, des paroisses plus petites ont alors été créées, qui correspondaient aux dimensions des communes établies en 1795.

DAL, GV.Betreff 66, fol. 59, « Projet d’Erection de nouvelles Succursales [...] », Titelseite / page de garde

Notre document d’aujourd’hui date de 1807. Il s’agit d’un projet d’une organisation paroissiale qui décrit les succursales nouvellement créées. De telles réorganisations ont eu lieu en 1803, 1805 et 1807/1808. Ce n’est que la réforme territoriale de 2017 qui a conduit à une structure fondamentalement nouvelle. La page de garde du « Projet » reflète les profonds bouleversements de l’époque : le Luxembourg est français et fait partie du Département des Forêts, appartient au diocèse de Metz, et de nouvelles paroisses sont fondées. Cependant, un regard à l’intérieur du catalogue montre que les structures territoriales ecclésiastiques et politiques de l’Ancien Régime n’avaient pas encore complètement disparu. Par exemple, l’arrondissement de Neufchâteau apparaît ici, qui, comme d’autres anciens territoires luxembourgeois du Département des Forêts et du diocèse de Metz, était encore lié aux territoires appartenant au Grand-Duché actuel. Ce n’est qu’au cours des trois décennies suivantes que la séparation ecclésiastique et politique s’est produite.

DAL, GV.Betreff 66, fol. 62v-63r, « Projet d’Erection de nouvelles Succursales [...] »

Le « Projet » offre des informations intéressantes. Outre la dimension des localités (« feux »), les « Observations » et « Nota » décrivent les motifs pour la création d’une paroisse. Ceux-ci pouvaient être de nature très différente. Dans le cas d’Alzingen, déjà paroisse auparavant, la situation « sur la grande Route de Luxembourg » a joué un rôle décisif. En revanche, Christnach devait être séparé de Waldbillig, car « il éxiste entre les deux Communes une antipathie qui fait acquiescer au voeu des habitans d’avoir un dess[ervan]t particulier à leur charge ». [Orthographe comme dans la source, non normalisée.]

 
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement