de fr

1833 : Des décisions porteuses d’avenir en matière de personnel

150 ans de diocèse de Luxembourg – les grandes étapes (2)

Dans les trois décennies qui ont suivi le Concordat napoléonien, les bases de la fondation du diocèse de Luxembourg ont été jetées.

Le Grand-Duché créé en 1815 après la défaite française est attribué au roi des Pays-Bas. Le roi fait en sorte que son nouveau territoire soit soustrait à la tutelle ecclésiastique de l’évêque de Metz et placé sous la juridiction du diocèse belgo-néerlandais de Namur (1823).

Cependant, à la suite de la Révolution belge de 1830, le Luxembourg a été divisé : la ville de Luxembourg est restée sous la domination du roi alors que le reste du pays s’est déclaré en faveur du nouveau Royaume de Belgique. Le diocèse de Namur étant désormais à l’étranger et le roi des Pays-Bas ne reconnaissant pas le nouvel évêque de Namur, la ville de Luxembourg se retrouve dans un no man’s land ecclésiastique.

La solution, soutenue par le pape Grégoire XVI, consistait à placer la ville de Luxembourg directement sous l’autorité du pape et à créer un « Vicariat apostolique » sous la direction d’un vicaire apostolique.

DAL, GV.Van der Noot 2, General Goedecke an Pfarrer Van der Noot, 26. Dezember 1833, recto
ADL, GV.Van der Noot 2, général Goedecke à curé Van der Noot, 26 décembre 1833, recto

Dans le document d’aujourd’hui, ces événements sont reproduits sous une forme très concentrée. Il s’agit d’une lettre du président de la Commission de gouvernement néerlandais au Luxembourg, le général-major Friedrich Wilhelm von Goedecke, à Jean Théodore Van der Noot, curé de la paroisse de Luxembourg - Saint-Pierre (Cote : DAL, GV.Van der Noot 2 ; reproduite ci-dessous en texte intégral).

La lettre, datée au 26 décembre 1833, précise que ce dernier vient d’être nommé vicaire apostolique par intérim pour la partie du diocèse de Namur qui, après la Révolution belge, était restée fidèle au roi des Pays-Bas, c’est-à-dire la ville de Luxembourg.

Van der Noot a donc dû prêter un serment d’allégeance, comme l’avait déjà fait Henri Dominique de Neunheuser lorsqu’il est devenu vicaire général ou commissaire épiscopal. Neunheuser avait déjà occupé ces fonctions sous les évêques de Metz au Département des Forêts, et plus tard également sous les Namurois au Grand-Duché.

Avec Neunheuser, pour la première fois dans l’histoire, une autorité centrale ecclésiastique avait été introduite spécialement pour le Luxembourg, ce qui constitue un pas important vers l’indépendance de l’Église – bien que toujours placée sous la direction d’évêques non luxembourgeois.

Avec la nomination de Van der Noot comme vicaire apostolique, bien que par interim et uniquement pour la ville de Luxembourg, l’étape suivante a été franchie, car désormais la supervision des évêques étrangers n’était plus applicable.

ADL, GV.Van der Noot 2, General Goedecke an Pfarrer Van der Noot, 26. Dezember 1833, verso
ADL, GV.Van der Noot 2, général Goedecke à curé Van der Noot, 26 décembre 1833, verso
Secrétariat général.
N° 536 J.g. de 1833
Luxembourg le 26 Décembre 1833.

A Monsieur
le Curé Vandernoot, Vicaire apostolique
du Grand-Duché de Luxembourg,
à Luxembourg.

Monsieur le Vicaire apostolique,
J’ai reçu, avec la lettre que vous m’avez fait l’honneur
de m’écrire hier, celle qui vous a été adressée de
Lahaye par Mr. Antonucci, Chargé d’affaires de
Sa Sainteté le Pape près de Sa Majesté le Roi
des Pays-Bas, ainsi que l’acte du 17 du courant, par
lequel celui-ci, en vertu des pouvoirs qu’il a reçus à cet
effet de la Cour de Rome, vous a nommé Vicaire apostolique
ad interim, pour la partie de l’Evêché de Namur, qui
est restée fidèle à l’autorité légale.
Antérieurement j’avais reçu l’arrêté de Sa Majesté
du 16 Décembre, N°. 11, portant agréation du projet
de cette nomination. Ces nouvelles fonctions vous mettent
dans le cas de prêter le serment prescrit par l’art. 6
du Concordat de 1801, à l’instar de ce qui s’est pratiqué
chaque fois que feu Mr. de Neunheuser, votre
prédécesseur, a été nommé soit vicaire général, soit
commissaire épiscopal.
En conséquence, je vous prie de vous présenter à
cet effet à l’hôtel du Gouvernement, demain à
quatre heures du soir. Les pièces que vous m’avez
communiquées vous seront remises à l´instant même,

[page 2]

après que les certificat de la prestation de serment
aura été apposé sur celle qui contient votre nomination.
Ainsi que cela est dit dans cette dernière pièce, vous
aurez dorénavant à vous adresser à Mr. le Chargé d’affaires
représentant le Saint Siège près de Sa Majesté le
Roi Grand-Duc, à Lahaye, dans tous les cas où
une direction supérieure vous deviendra nécessaire, bien
entendu que tout devra se passer d’une manière conforme
au concordat et aux dispositions en vigueur.
L’Administration Grand-Ducale aime à se persuader,
Monsieur le Vicaire apostolique, que vous saurez
exercer vos nouvelles fonctions de manière à concilier
les intérêts de la religion et du clergé, avec les intérêts
de l’Etat en général et ceux du Souverain en particulier,
et qu’ainsi l’ordre public y trouvera la garantie désirée.
Sous ce rapport, je me fais un plaisir de vous offrir mes
félicitations bien sincères.

Le Général-Major, Président de la
Commission de Gouvernement
du Grand-Duché
F[riedrich] W[ilhelm] v[on] Goedecke

 
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement