de fr

1869-1870 : Nicolas Adames au 1er concile du Vatican

150 ans de diocèse de Luxembourg – les grandes étapes (19)

En 1869, le pape Pie IX convoque les évêques de l’Église catholique à Rome pour une assemblée consultative et délibérante. Ce 1er concile du Vatican – il s’agit du 20e concile œcuménique qui engage toute l’Église catholique – devait en fait traiter principalement des relations entre religion et pensée moderne, mais il reste principalement en mémoire en raison de la constitution dogmatique « Pastor aeternus ». Celle-ci arrête le dogme de l’infaillibilité du pape dans les décisions en matière de foi et de morale (prises ex cathedra) et fixe son statut de plus haute autorité judiciaire de l’Église catholique. La décision n’est pas sans controverse. Surtout les évêques des États allemands et de l’Autriche-Hongrie s’y opposent et quittent le concile pour éviter de prendre part au vote. Plus tard, ils se soumettent pourtant à la décision, mais une partie des fidèles ne les suit pas dans cette voie, se sépare de Rome et fond l’Église vieille-catholique.

Nicolas Adames fait également partie des invités au concile en tant qu’évêque de Halicarnasse et vicaire apostolique au Grand-Duché de Luxembourg. Il se rend à Rome en novembre 1869 en compagnie de l’évêque de Trèves. Le séjour est marqué par de nombreux contacts avec des évêques et d’importants dignitaires de la Curie. Mais Adames rencontre également d’autres personnes comme le prince des Pays-Bas et gouverneur du Luxembourg, Henri d’Orange-Nassau, qui séjourne incognito dans la ville (image 1). Au concile, Adames se révèle être un partisan du pape et du dogme de l’infaillibilité. Le 1er juillet 1870, il prend lui-même la parole devant l’assemblée et défend la résolution. Ce faisant, il peut compter sur le soutien du clergé luxembourgeois, dont la position lui est régulièrement communiquée par écrit. Un exemple en est la lettre du clergé du doyenné de Wiltz de juin 1870 (image 2), qui conforte le vicaire apostolique dans sa position. Les auteurs de la lettre ignorent encore que cette loyauté envers le pape allait bientôt être récompensée de manière particulière.

DAL, GV.Adames 8, Baron Taets von Amerongen an Nicolas Adames, Rom, 13. Januar 1870
DAL, GV.Adames 8, Baron Taets von Amerongen à Nicolas Adames, Rome, 13 janvier 1870
DAL, GV.Adames 8, Klerus des Dekanats Wiltz an Nicolas Adames, Wiltz, Juni 1870, Seiten 1 und 3
DAL, GV.Adames 8, Clergé du doyenné de Wiltz à Nicolas Adames, Wiltz, juin 1870, pages 1 et 3

Transcription – Image 1

Rome Jeudi matin 13 Janvier
[1870]
Monseigneur !
SS. AA. RR. Monseigneur le
Prince et Madame la Princesse Henri des Pays-Bas
sont pour 24 heures à Rome dans un
incognito complet. Je suis chargé de
la part de SS. AA. RR. de vous inviter
à diner pour ce soir à 6 ½ heures
à l’hôtel de Rome.
Veuillez m’honorer d’un mot de réponse
et agréer l’assurance de ma très haute
considération.
Baron Taets van Amerongen
Chambellan Maréchal
de la Cour.

Transcription – Image 2

Wiltz, den Juni, 1870.
[Beantw. den 23/6. 70]
[s. lux Wort 1870/158]
[ (Wiltz) ]
Hochwürdigster Herr Bischof,
Der Clerus des Decanats Wiltz, im apostolischen
Vikariate Luxemburg, hat mir [sic !] der größten Zufriedenheit
vernommen, daß auch Ihro Bischöflichen Gnaden sich unter
den Vätern des jetzt zu Rom versammelten Concils
befinden, die das Postulatum gestellt haben, daß die
Unfehlbarkeit des Papstes, des Statthalters Jesu Christi
und Nachfolgers des h. Petrus, wenn er als oberster
Lehrer der katholischen Kirche ex cathedra über Glaubens-
und Sittensachen entscheidet, bei dieser Gelegenheit durch
das hochheilige allgemeine Concilium feierlich als Dogma
proclamirt werde. Zwar haben wir niemals an dieser
Wahrheit gezweifelt, die ja in der h. Schrift begründet,
von den Kirchenvätern schon in den ersten Jahrhunderten
der Christenheit gelehrt, und selbst durch allgemeine Con-
cilien dem Wesen nach ausgesprochen wurde ; indessen
erfordern die heutigen Umstände es, daß jene Wahrheit
förmlich als Glaubensartikel declarirt werde, um jeder
Controverse in Zukunft die Spitze abzubrechen.
Die allzugroßen Bedenklichkeiten einiger Väter des
Concils über die Opportunität oder Nicht-Opportunität
jener feierlichen Proclamation darf bei einer so wichtigen
Sache nicht in die Wagschale gelegt werden ; denn die
Wahrheit findet immer Widerspruch : Veritas odium
parit. Daß die hohle und aufgeblasene Weltweisheit
mehr oder weniger Einsprache dagegen erheben würde,
und wirklich schon erhoben hat, das ließ und läßt sich
erwarten. […]

[page 3]

Im Namen des Clerus des Decanats Wiltz :
Die Geistlichkeit der Stadt Wiltz :
J[ean] B[aptiste] Scheer J[ean] Linden Dechant
N[icolas] Millang J[ean] Weicherding
N[icolas] Cravat J[ean] Schiltz
[…]

 
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement