Interview de Monseigneur François Yakan, Vicaire patriarcal des Assyro-Chaldéens de Turquie

sur le christianisme en Orient et la situation des réfugiés en Turquie et au Proche-Orient

Monseigneur François Yakan a bien voulu accorder une interview au Service Communication et Presse de l’Archevêché de Luxembourg, lors de sa récente visite à l’invitation de Caritas Luxembourg. Il s’est exprimé sur différents aspects du christianisme d’Orient, ainsi que sur les activités de KADER, seule organisation humanitaire chrétienne reconnue en Turquie, qu’il a fondé en 2005 pour venir en aide aux réfugiés irakiens.

Le rite chaldéen et l’Eglise d’Orient

La principale particularité du rite chaldéen, ou assyro-chaldéen, est l’araméen, la langue de Jésus-Christ parlée par les premières communautés chrétiennes. Ce rite est à la source de la culture universelle qu’est la culture chrétienne, telle le soleil se levant à l’Orient et venant éclairer l’Occident, les Etats-Unis, la Chine et l’Inde.

Istanbul, l’ancienne Constantinople, est le lieu de la division des chrétiens entre catholiques et orthodoxes en 1054, date qui marque le début du déclin progressif des chrétiens d’Orient. Ce sera peut-être un jour le lieu de l’unité retrouvée ...

Aujourd’hui, 13 rites chrétiens sont représentés à Istanbul, soit 80.000 chrétiens pour une population turque de 77 millions. Les gouvernements turcs successifs font preuve depuis quelques années d’une grande ouverture envers les chrétiens et les autres minorités qui affluent sur le territoire turc.

L’aide humanitaire de KADER face à l’afflux massif des réfugiés

L’action de KADER est essentielle depuis quatre ans car personne – même pas l’Église - ne s’occupait des besoins urgents ni de la protection des droits des réfugiés, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. 55.000 Irakiens ont ainsi pu être aidés jusqu’à aujourd’hui : des besoins urgents comme la nourriture, les vêtements, les médicaments, la location ou la construction d’un logement jusqu’à l’éducation des enfants et le dépôt des dossiers de protection internationale au HCR.
Mais ces réfugiés ont également besoin d’un soutien moral et spirituel, suite aux traumatismes qu’ils ont vécus.
Tout ceci n’est possible que grâce à l’engagement de bénévoles et le soutien d’ONG humanitaires comme Caritas Luxembourg.

Le silence de la communauté internationale

L’Europe, les Etats-Unis n’ont rien fait depuis 2003 pour défendre les droits humains de ces centaines de milliers de réfugiés : il y avait un million deux cent mille chrétiens en Irak, il n’en reste aujourd’hui que 350 à 400.000. Personne ne parle de ces réfugiés sans protection et sans droit sur les routes.

Il vaudrait bien mieux pour ces migrants de rester dans les camps en Irak plutôt que d’émigrer vers la Jordanie, le Liban ou la Turquie, où ils arrivent sans une valise et sans parler la langue. Mais que faire quand on a déjà tout perdu dans son pays d’origine ?
Un retour des réfugiés ne serait possible que si la communauté internationale et les Etats de la région pouvaient garantir aux minorités le respect de leurs droits, pour pouvoir vivre en paix et en sécurité.

La joie suscitée par le récent voyage du pape François en Turquie

Le pape a évoqué la situation des réfugiés dans tous ses discours lors de sa visite. Outre ce moment d’espoir, la diplomatie du Vatican tente de mettre les ennemis à la même table. Le Vatican n’a ni armée, ni prétention de territoire … C’est une diplomatie d’amour.

La disparition des communautés chrétiennes au Proche-Orient serait en tout cas une catastrophe car ces chrétiens sont comme des ponts entre les communautés, ils savent dialoguer dans le contexte complexe de la région.
Ce serait aussi la disparition de la source du christianisme. Mais si la culture chrétienne disparaît au Proche-Orient, ce sera bientôt le tour de l’Europe, dont les racines – qu’on le veuille ou non – sont bien chrétiennes.
Ce serait aussi la disparition de la charité universelle.

Monseigneur Yakan a enfin tenu à remercier au nom des réfugiés les autorités et la population luxembourgeoises, et en particulier le personnel et les bénévoles de Caritas Luxembourg, pour l’aide déjà donnée, en espérant que cet engagement s’intensifiera vu la situation humanitaire dramatique qui se profile au Proche-Orient pour 2015.

 
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement