de fr

1870 : Le Luxembourg devient un évêché

150 ans de diocèse de Luxembourg – les grandes étapes (20)

Après la consécration épiscopale de Nicolas Adames en 1863, les négociations sur l’élévation du Luxembourg au rang de diocèse et la conclusion d’un concordat se retrouvent rapidement au point mort. Les raisons de cette situation sont variées. D’une part, la remise en cause de l’indépendance du Luxembourg par la politique des grandes puissances européennes (guerre austro-prussienne de 1866, crise luxembourgeoise de 1867, conflit franco-prussien) suscite une grande incertitude. D’autre part, l’attitude anticléricale de certaines élites politiques empêche toute perspective pour la conclusion d’un accord acceptable.

Dans les coulisses, le vicaire apostolique et son clergé continuent pourtant à soulever la question auprès de la curie romaine. Une nouvelle idée gagne ainsi progressivement du terrain, à savoir ériger le Luxembourg en diocèse sans conclure au préalable un traité avec l’État. Lorsque Nicolas Adames séjourne à Rome à l’occasion du 1er concile du Vatican, l’affaire connaît un développement dramatique. Après une série de débats, notamment avec le pape Pie IX lui-même le 5 décembre 1869, des décisions sont prises en juin 1870.

Le 27 juin, la création du diocèse est décidée et le 30, Nicolas Adames est nommé premier évêque. Le 1er juillet, Adames prononce son discours devant le concile, dans lequel il défend résolument le dogme de l’infaillibilité du pape. Le 27 septembre, le pape signe la charte sur la création du diocèse et le 30 septembre, celle sur la nomination de l’évêque. Enfin, le 25 décembre 1870, Nicolas Adames prend officiellement possession de son diocèse : il entre dans sa cathédrale, l’église Notre-Dame, Consolatrice des Affligés, prend place sur son siège épiscopal, reçoit les hommages du clergé et proclame publiquement l’érection du diocèse et sa nomination comme évêque.

L’image 1 montre la charte dans laquelle le notaire épiscopal Pierre Hoffmann documente la prise de possession et, ensemble avec deux hauts ecclésiastiques, en témoigne en droit canonique (traduction allemande ci-dessous). Une consécration n’a pas lieu, puisque Nicolas Adames a déjà été consacré évêque en 1863.

Pour l’État, l’affaire n’est pourtant nullement close. Comme la décision du pape a été prise sans l’accord du gouvernement, elle est tout simplement ignorée, d’autant plus que la curie romaine ne fait pas de proclamation officielle. Ainsi, la création du diocèse reste en suspens en vertu du droit constitutionnel. Il faut attendre deux ans mouvementés – entre-temps, dans le contexte de la guerre franco-prussienne les Etats pontificaux sont rattachés au Royaume d’Italie – avant que la curie n’informe officiellement le gouvernement luxembourgeois, ouvrant ainsi la voie à la reconnaissance par l’État.

Le 30 avril 1873, une loi entre en vigueur autorisant le gouvernement à prendre les mesures nécessaires, obligeant l’évêque de prêter serment d’allégeance au souverain et fixant le principe que seul un Luxembourgeois peut exercer la fonction d’évêque. Sur cette base, le 23 juin 1873, le Roi-Grand-duc Guillaume III reconnaît le diocèse comme tel et Nicolas Adames comme son évêque (voir Image 2).

DAL, GV.Adames 9, Urkunde über die Inbesitznahme der Diözese Luxemburg durch Nicolas Adames, Luxemburg, 25. Dezember 1870
DAL, GV.Adames 9, Charte de la prise de possession du diocèse de Luxembourg par Nicolas Adames, Luxembourg, 25 décembre 1870
DAL, GV.Adames 9, Großherzoglicher Erlass über die Anerkennung des Nicolas Adames als Bischof von Luxemburg, Den Haag, 23. Juni 1873
DAL, GV Adames 9, Arrêté grand-ducal relatif à la reconnaissance de Nicolas Adames comme évêque de Luxembourg, La Haye, 23 juin 1873

Traduction – Image 1

Im Namen der Allerheiligsten Dreifaltigkeit
Im Jahr der Fleischwerdung des Herrn eintausend achthundert siebzig, während der Herrschaft unseres Heiligsten Herrn, Papst Pius des IX., im fünfundzwanzigsten Jahr seines Pontifikats, am fünfundzwanzigsten Tag des Dezembers, am Fest der Geburt unseres Herrn Jesu Christi, begab sich der ehrwürdigste Nicolaus Adames, Bischof von Halicarnassos in den Ländern der Ungläubigen und Apostolischer Vikar im Großherzogtum Luxemburg – in dem am letztverflossenen 27. Juni abgehaltenen Geheimen Konsistorium für den durch Konsistorialdekret vom 20. desselben Monats neuerrichteten Bischofssitz Luxemburg [als Bischof] vorbestimmt und durch eine am 30. September desselben Jahres ergangene Päpstliche Urkunde zum ersten Bischof dieses [Bischofs]Sitzes ernannt – in einer Prozession in die Kathedrale der Seligen Jungfrau Maria, Trösterin der Betrübten, und empfing dort, auf seinem Bischofsstuhl sitzend, alle anwesenden Priester und Kleriker zum Handkuss. Danach feierte der ehrwürdigste Bischof ein Pontifikalamt, nach welchem er eine Ansprache an den Klerus und das anwesende gläubige Volk richtete

[page 2]

und erklärte, dass er an diesem Tag seinen neuen Bischofssitz in Besitz genommen habe.
Zu dessen getreuem Zeugnis habe ich, Pierre Hoffmann, von unserem ehrwürdigsten Herrn Nicolas Adames, Bischof von Luxemburg ausgewählter und hierzu berufener Notar, diese Urkunde ausgefertigt und gemeinsam mit mir haben zwei Zeugen unterzeichnet.
Luxemburg, Jahr, Monat und Tag wie oben angegeben.
Dies ist :
Johannes Michael Föhr, Ehrenkapitular des Heiligen Stuhls, Praeses des Priesterseminars
Nicolas Schmit, Professor des Priesterseminars
Pierre Hoffmann, bischöflicher Notar

 
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement